np_language_1614104_000000 Created with Sketch. CA | FR
États-Unis
Fermer
 
 
 

HUB International – Perspectives 2021

Industrie du transport

 

Transformer l’incertitude en occasions

Retour à toutes les perspectives

Les transporteurs devront composer avec la perturbation à l’aube de 2021.

Aux prises avec la pandémie, un manque persistant de chauffeurs et des problèmes de sécurité, les transporteurs devront miser davantage sur la technologie afin de gérer ces enjeux et d’accroître leur rentabilité.

Les facteurs qui influenceront le secteur du transport en 2021 sont inédits, mais ils s’inscrivent également en continuité avec le passé.

Les mêmes anciens problèmes perdurent : une pénurie importante de chauffeurs d’expérience, des cotes de sécurité faibles et une hausse de la fréquence des verdicts nucléaires (règlements supérieurs à 10 M$) à l’échelle de l’industrie contribuent à l’explosion du coût des assurances.

«Lorsque viendra le temps de renouveler les polices d’assurance responsabilité civile complémentaire, il faudra s’attendre à des coûts plus élevés et à des plafonds plus bas, avec des hausses prévues de 20 % ou plus.»

La pandémie de coronavirus a perturbé tous les aspects de l’industrie du transport, forçant la transformation des flottes, et dans certains cas, la modification des chaînes d’approvisionnement, changeant les itinéraires, affectant la régulation et accroissant les besoins pour des solutions technologiques globales au sein du secteur.

Paradoxalement, les thèmes qui influenceront l’industrie du transport en 2021 sont inédits, mais ils s’inscrivent également en continuité avec le passé.

Les hausses de taux systématiques dans les branches de l’assurance automobile commerciale et de l’assurance responsabilité civile complémentaire, portées par une croissance fulgurante du montant moyen des plus petites réclamations, des verdicts nucléaires aux États-Unis et des réclamations pour sinistres catastrophiques, mettent en évidence ces tendances. Les taux d’assurance automobile commerciale augmenteront ainsi de 5 % à 15 % en 2021. Lorsque viendra le temps de renouveler les polices d’assurance responsabilité civile complémentaire, il faudra s’attendre à des coûts plus élevés et à des plafonds plus bas, avec des hausses prévues de 20 % ou plus.

Ensemble, ces facteurs ont transformé la manière dont les transporteurs déterminent leur rentabilité. La technologie devenant plus facilement accessible à un nombre accru de flottes, le coût du risque par kilomètre deviendra le meilleur indicateur pour les opérateurs.

Voici les points importants à retenir pour tous les transporteurs à l’aube de 2021, selon HUB :

«Lorsque le secteur commercial et les détaillants ont fermé, la demande s’est déplacée directement au domicile des consommateurs.»

«Les nouvelles réglementations provinciales et fédérales adoptées en raison de la pandémie continueront d’affecter le secteur.»

1. Les perturbations au sein de l’industrie ont modifié les chaînes d’approvisionnement et mis à l’avant-plan les livraisons du dernier kilomètre.

La pandémie de COVID-19 a rapproché les sociétés interentreprises de leurs clients externes. Lorsque le secteur commercial et les détaillants ont fermé, la demande s’est déplacée directement au domicile des consommateurs. Les flottes ont alors dû être modifiées. Les trains routiers ont été temporairement mis de côté à la faveur de camions plus légers le temps d’implanter une méthodologie accessible légale de commerce grand public. Puisque la livraison du dernier kilomètre s’appuie fortement sur des fournisseurs indépendants, de nouveaux risques et de nouveaux enjeux réglementaires ont émergé, notamment l’octroi de licences et de permis de transport ainsi que les questions entourant les protocoles interprovinciaux. Les polices d’assurances qui couvraient autrefois les transferts de marchandises interentreprises le long de trajets prévisibles sur les autoroutes jusqu’aux quais où les biens étaient chargés et déchargés sur une base régulière ont eu de la difficulté à couvrir les livraisons du dernier kilomètre à domicile, puisque certaines garanties n’étaient pas adaptées. Alors que la pandémie perdure, les courtiers continueront à collaborer avec les souscripteurs afin de réévaluer les risques des transporteurs et à ajuster individuellement la couverture en fonction de chaque scénario et de chaque flotte.

Les nouvelles réglementations provinciales et fédérales adoptées en raison de la pandémie continueront d’affecter l’industrie, surtout à la lumière de la transformation importante de la clientèle. Bien que les heures de service des véhicules lourds commerciaux canadiens n’aient pas changé, la réglementation de la FMSCA en la matière a été mise à jour afin d’offrir plus de flexibilité aux chauffeurs. Le temps de conduite dans des conditions difficiles a été accru, tout comme l'indemnité pour les trajets courts. Des modifications ont également été apportées à l’exception concernant le temps passé dans la couchette.

En raison de la transformation rapide du secteur, les opérateurs de flotte auront tout avantage à revoir et à améliorer leurs négociations avec les expéditeurs en 2021, notamment en examinant plus attentivement les contrats, en évitant l’acceptation de risques superflus et, de concert avec les souscripteurs, en continuant à réévaluer les risques des transporteurs et à ajuster individuellement la couverture en fonction de chaque scénario et de chaque flotte.

«Les essais sur les véhicules autonomes continuent de mettre l’accent sur les gains de productivité et la sécurité du public.»

2. La pénurie de chauffeurs persiste, au même titre que la tendance vers les véhicules écologiques.

Les inquiétudes liées à la COVID ont bien entendu poussé certains chauffeurs à la retraite de façon anticipée ou au travail local, mais cette situation a surtout créé des occasions dans le secteur. La position moins protectionniste du gouvernement canadien dans l’industrie de l’agriculture a eu pour conséquence d’accroître le mouvement de marchandise vers le nord. Les programmes politiques du mouvement écologique pourraient entraver davantage l’économie des états producteurs de pétrole.

Les experts anticipent toutefois une tendance prononcée vers les véhicules commerciaux au gaz naturel, ces derniers continuant de démontrer leur efficacité dans les climats froids, alors que les essais sur les véhicules autonomes mettent toujours l’accent sur les gains de productivité et la sécurité du public.

«En 2021, une utilisation accrue de la technologie aidera les entreprises de l’industrie du transport à surveiller et à localiser les chauffeurs ainsi qu’à mieux les intégrer de façon plus directive et intentionnelle.»

3. Les investissements en technologie propulseront votre flotte et lui donneront une longueur d’avance.

En plus des règles concernant les dispositifs de consignation électroniques, qui ne seront pas officiellement exigés au Canada avant le milieu de 2021, la technologie dans les cabines est adoptée par de plus en plus de transporteurs et exigée par un nombre croissant de souscripteurs. Lorsqu’elles sont utilisées de façon appropriée, les données recueillies contribuent à accroître la rentabilité opérationnelle à l’échelle de la flotte, à optimiser les itinéraires, à réduire les accidents, à numériser la formation et l’accueil en plus d’offrir un soutien plus ciblé aux chauffeurs. Les statistiques sur les tendances d’accidents sont essentielles pour tirer profit des données. Un plus grand nombre d’accidents survient-il à une intersection particulière? Si tel est le cas, mieux vaut changer les itinéraires afin de l’éviter.

Le but ultime est d’améliorer la gestion globale et la conformité dans leur ensemble, tout en comprenant mieux les coûts au kilomètre de la flotte en créant une technologie qui regroupe dans un seul tableau de bord les données, les programmes de gestion des risques individuels, le suivi des réclamations et les fournisseurs de services. En 2021, une utilisation accrue de la technologie aidera les entreprises de l’industrie du transport à surveiller et à localiser les chauffeurs ainsi qu’à mieux les intégrer de façon plus directive et intentionnelle.

Le recours élargi à la technologie contribue à une augmentation du risque lié à la cybersécurité. Les entreprises possédant des flottes et qui exploitent des données dans le but d’optimiser leurs opérations devront intensifier leurs efforts en matière de cybersécurité et de transfert des risques. Veillez à ce que votre police d’assurance cyber couvre votre flotte à l’égard de toutes les technologies utilisées en cabine et de celles utilisées à l’échelle de votre entreprise.

«L’embauche de chauffeurs d’expérience, le maintien à jour de leurs compétences et la mise à profit de la technologie pour gérer les risques permettront de protéger les transporteurs.»

4. Des protocoles de gestion des risques prouvés permettront de réduire les coûts lors du renouvellement de la police.

Les développements au sein de l’industrie transforment ce qu’il est possible d’accomplir en matière de gestion des risques, mais il faut cependant conserver les pratiques de gestion des risques prouvées qui permettent de maintenir les cotes de sécurité de votre flotte. Ces cotes permettent après tout de contrecarrer la hausse des risques, d’éviter que les frais de couverture augmentent et, surtout, de protéger les chauffeurs. Traditionnellement, les cotes de sécurité dépendent des caractéristiques de risques propres à chaque flotte et à leur historique de sinistre. Le maintien de ces cotes exige des processus d’embauche et d’accueil adéquats, de meilleurs mécanismes de vérification et de surveillance des chauffeurs, de la formation offerte de façon proactive, notamment sur les nouvelles méthodes de prévention des risques de contamination, ainsi que des initiatives de santé, de bien-être et de rendement pour les chauffeurs.

La pénurie de chauffeurs perdurant en 2021, la demande pour les camionneurs s’accroît et les modèles de livraison se transforment en raison de la pandémie. Il sera essentiel que les processus d’accueils demeurent optimaux. L’embauche de chauffeurs d’expérience, le maintien à jour de leurs compétences et la mise à profit de la technologie pour gérer les risques permettront de protéger les transporteurs. Ces solutions justifiables contribueront à freiner la récente hausse du montant moyen des plus petites réclamations ainsi que le nombre de verdicts nucléaires.

La défense des réclamations représente un autre aspect important de la gestion des risques, puisqu’elle est essentielle au contrôle des coûts et à la réduction de la possibilité d’un verdict nucléaire. Il est crucial pour les transporteurs victimes de sinistres importants de faire affaire avec leur courtier HUB et avec le service des réclamations afin que ces derniers fassent appel auprès de votre assureur en votre nom. Lorsque les réclamations à la suite d’un sinistre catastrophique ont des répercussions sur l’industrie du transport, leur défense devient d’autant plus déterminante.

Avec les primes d’assurance en hausse, la réglementation accrue et les perturbations entraînées par la pandémie qui transforment les modèles de distribution de la flotte de nombreux opérateurs, la technologie pourrait devenir la clé pour tout coordonner dans une structure unique.

Croissance en 2021 et dans les années à venir

L’année 2021 constitue le moment idéal pour accroître les investissements en technologie, alors que certains transporteurs entendent entrer dans l’histoire et perturber davantage le secteur en déployant une flotte de camions autonomes au cours de la deuxième moitié de l’année, une décision très exigeante sur le plan technologique.

Les perturbations au sein de l’industrie ne seront vraisemblablement pas résolues avant longtemps. Les transporteurs devront plutôt composer avec ces bouleversements tout en plaidant en faveur d’une amélioration de la gestion des risques dans le but d’accroître les cotes de sécurité et de résoudre les défis de longue date.

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour rester informé et recevoir des perspectives et des mises à jour en 2021.