np_language_1614104_000000 Created with Sketch. CA | FR
États-Unis
Fermer
 
 
 

HUB International – Perspectives 2021

Industrie agroalimentaire

 

Transformer l’incertitude en occasions

Retour à toutes les perspectives

Revoir le concept de la ferme à la table

Alors que les fermes et les entreprises agroalimentaires explorent de nouveaux modes de distribution et doivent composer avec des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, l’industrie fait face à de nouveaux risques qui requièrent des mesures de sécurité interne accrues.

Un point déterminant pour la survie

C’est d’ailleurs ce que l’industrie agroalimentaire devra garder en tête pour prospérer en 2021.

Les fermes familiales et les grandes sociétés agroalimentaires doivent désormais trouver de nouveaux canaux de la ferme à la table, en raison d’une surproduction et de ventes insuffisantes de nombreux produits, notamment le lait et le blé. Les dirigeants de l’industrie devront faire preuve de créativité et d’ingéniosité pour trouver de nouveaux clients ou de nouvelles façons d’atteindre directement les consommateurs.

«Les courtiers cherchent de nouvelles solutions créatives.»

En 2021, les lignes de couverture seront plus dispendieuses à l’échelle de l’industrie. Les courtiers recherchent des solutions novatrices pour minimiser les effets sur vos activités et transférer les risques internes pour éviter les rappels évitables et les verdicts nucléaires. Ils devront également faire preuve de créativité en cherchant de nouvelles avenues pour décharger les risques en dépit de la hausse des coûts d’assurance, qui fluctuent généralement entre 15 % et 50 %, selon la couverture requise.

Ces mesures exigeront de la volonté et une compréhension approfondie de la manière dont les forces du marché s’articulent. Voici un aperçu du secteur agroalimentaire pour 2021 :

«L’exploration de nouveaux marchés et de nouvelles occasions sera essentielle à la survie des entreprises au cours de la prochaine année.»

«Si vous avez entamé une transition, le profil de risque de votre entreprise est susceptible de changer, ce qui vous exposera à des risques supplémentaires.»

1. Innover au sein d’une chaîne d’approvisionnement perturbée.

Plusieurs fermes et entreprises agroalimentaires voient la demande pour leurs produits diminuer depuis le début de la pandémie de coronavirus. Des fermes laitières faisant traditionnellement affaire directement avec des restaurants ou des commissions scolaires, aux usines de transformations de la viande qui vendent leurs produits directement aux restaurants, en passant par les producteurs de légumes et de noix qui distribuent leurs aliments dans de petits commerces spécialisés, la COVD-19 a une incidence considérable sur la demande. Plusieurs fermes doivent trouver de nouvelles voies vers la table. Les agriculteurs ou les dirigeants d’entreprises agroalimentaires cherchent de nouvelles façons de minimiser l’incidence de la surproduction d’aliments en distribuant leurs produits là où la demande se maintient, malgré la disparition des réseaux de distribution traditionnels. Que ce soit en vendant des kilos de légumes sur https://protect-us.mimecast.com/s/E33dC1wpz8Ipmw52HL6gfb_?domain=amazon.ca ou en lançant un marché fermier local, l’exploration de nouveaux marchés et de nouvelles occasions sera essentielle à la survie des entreprises au cours de la prochaine année.

Si vous avez entamé une transition ou recherchez de nouvelles avenues pour la distribution de vos produits, le profil de risque de votre entreprise est susceptible de changer, ce qui vous exposera à des risques supplémentaires. Parlez à votre courtier à propos des marchés ou des secteurs que vous songez à explorer. Les entreprises agroalimentaires qui vendent directement à des milliers de clients par l’entremise d’https://protect-us.mimecast.com/s/E33dC1wpz8Ipmw52HL6gfb_?domain=amazon.ca afficheront un profil de risques complètement différent de celui des agriculteurs qui vendent en gros dans le marché de l’hôtellerie et de la restauration. Cette situation pourrait avoir une incidence sur les modalités et les limites des polices. Travaillez avec votre courtier pour établir clairement votre exposition aux risques et vos objectifs. Vous l’aiderez ainsi à adapter votre couverture pour votre prochain renouvellement.

Incidence de la COVID-19

Plusieurs fermes et entreprises agroalimentaires voient la demande pour leurs produits diminuer depuis le début de la pandémie de coronavirus.

«La main-d’œuvre et les stocks devront être gérés avec une grande agilité.»

2. Le personnel a également une incidence sur la chaîne d’approvisionnement.

Les fermes et les entreprises agroalimentaires ont dû composer avec une pénurie de travailleurs étrangers qui n’ont pas voyagé au Canada comme ils ont l’habitude de le faire en haute saison. Ceux-ci pourraient hésiter à revenir tant qu’un vaccin n’est pas accessible. C’est pourquoi la main-d’œuvre et les stocks devront être gérés avec une grande agilité. Jusqu’à ce que la technologie permette d’automatiser pleinement l’agriculture, le marché canadien devra faire face à cet enjeu.

Les usines de transformation de la viande doivent également relever des défis liés à la main-d’œuvre. La pandémie de COVID-19 a affecté un nombre important d’usines où les travailleurs refusent de retourner sur les chaînes de production jusqu’à ce que la sécurité soit assurée. Aux États-Unis, certains employés intentent des recours en responsabilités civiles en matière de pratiques d’emploi contre les employeurs qui leur demandent de retourner au travail et les tribunaux canadiens anticipent un scénario semblable au nord de la frontière. Assurez-vous que votre usine de transformation de la viande ou votre entreprise agroalimentaire dispose d’une couverture adéquate pour des poursuites potentielles en matière de responsabilité civile en matière de pratiques d’emploi. Consultez votre courtier pour discuter de tous les types de responsabilité civile potentiels des employés.

«La couverture en matière de responsabilité relative aux produits et de rappels de produits constitue un facteur essentiel au transfert de responsabilité en cas de rappel de produits de consommation et de couverture supplémentaire qui coûtera entre 25 % et 50 % plus cher en 2021 en raison de la hausse du nombre de réclamations et de l’incidence des récents verdicts nucléaires aux États-Unis.»

3. Les allergènes mal étiquetés constituent encore une cause importante de rappel.

L’une des principales causes de rappels alimentaires demeure l’étiquetage erroné des allergènes. L’industrie de la production alimentaire s’efforce continuellement d’éviter ces erreurs parce que si les consommateurs tombent malades, cela peut engendrer des décès, la chute des cours des actions et des actions collectives intentées par les consommateurs, les investisseurs ou les actionnaires. La couverture en matière de responsabilité relative aux produits et de rappels de produits constitue un facteur essentiel au transfert de responsabilité en cas de rappel de produits de consommation et de couverture supplémentaire, qui coûtera entre 25 % et 50 % plus cher en 2021 en raison de la hausse du nombre de réclamations et de l’incidence des récents verdicts nucléaires aux États-Unis. Ces polices couvrent les coûts associés à l’évaluation des causes de contamination, à l’identification des produits touchés, au retrait des aliments et aux avis aux consommateurs. Il convient également d’assurer les administrateurs et les dirigeants dans l’éventualité de rappels de produits, puisque ce type de couverture protège l’entreprise et ses dirigeants à l’égard des réclamations des investisseurs et des actionnaires. Nous anticipons une hausse de 20 % à 50 % des coûts de l’assurance des administrateurs et des dirigeants au cours de la prochaine année, notamment en raison de la hausse des réclamations des dernières années.

Plusieurs entreprises agroalimentaires ont entamé un changement de cap depuis le déclenchement de l’épidémie de coronavirus. C’est pourquoi il convient de discuter de tout enjeu en matière d’emballage, de distribution, d’étiquetage et d’autres facteurs avec votre courtier. Alors que chacun de ces enjeux essentiels entraînera des coûts supplémentaires au cours de la prochaine année, il est important de travailler avec votre courtier pour adapter votre couverture en mettant à jour votre profil de risques afin d’éliminer les expositions du passé au moyen d’une couverture complémentaire et en assurant vos administrateurs/dirigeants. Ces mises à jour pourraient contribuer à réduire vos coûts.

«Les sinistres catastrophiques affectent actuellement tous les marchés et le secteur agroalimentaire n’y échappe pas.»

4. Les réclamations liées à des sinistres catastrophiques entraînent une hausse des coûts d’assurance.

Les sinistres catastrophiques affectent actuellement tous les marchés et le secteur agroalimentaire n’y échappe pas. Les sinistres catastrophiques découlant de phénomènes météorologiques violents, comme des incendies de forêt et des averses de grêle, ont entraîné des hausses considérables des frais d’assurance, notamment en ce qui a trait à l’assurance des biens (hausse anticipée de 10 % à 15 %), à l’assurance responsabilité civile (hausse anticipée de 5 %) et à l’assurance complémentaire (hausse anticipée de 20 % à 25 %). Dans les régions plus exposées aux sinistres catastrophiques, les hausses pourraient être encore plus importantes. Bien qu’il soit possible de mitiger les risques, les exploitations agricoles et les entreprises devront consulter leur courtier pour discuter de l’occasion de souscrire des avenants ou de modifier leur police d’assurance pendant la période de couverture afin de mieux l’arrimer aux risques actuels. Par exemple, si votre ferme a récemment retiré des véhicules de la circulation, réduit sa main-d’œuvre ou fortement migré vers un nouveau champ d’activités, vous aurez sans doute l’occasion de modifier votre couverture en milieu d’année afin de réduire votre prime.

Perspectives de l’industrie du cannabis pour 2021

Découvrez les enjeux auxquels font face les secteurs affichant la croissance la plus rapide au Canada.

En savoir plus
Croissance en 2021 et dans les années qui suivront

Les agriculteurs et les entreprises agroalimentaires doivent tous composer avec l’incertitude découlant de l’évolution constante des modèles d’affaires, des attentes des consommateurs et, possiblement, de la main-d’œuvre. Dans plusieurs cas, l’année 2021 et les suivantes seront marquées par l’innovation et les perturbations à l’échelle de l’industrie.

Ce changement entraînera plus de questions en matière de risque, de l’incidence des affaires sur l’assurance et bien plus. Un courtier qualifié vous accompagnera au cours de la nouvelle année en vous aidant à mieux présenter votre profil d’entreprise pour permettre aux assureurs d’adapter votre couverture et de réduire les hausses de primes potentielles au cours de la prochaine année et au-delà.

Inscrivez-vous

Inscrivez-vous pour rester informé et recevoir des perspectives et des mises à jour en 2021.